La Barrière de la langue en voyage

La barrière de la langue représente souvent un obstacle pendant les voyages. Cela peut amener à des situations compliquées ou gênantes mais parfois tellement drôles !!! Cela bloque aussi certaines personnes qui s’empêchent de partir par peur de pouvoir comprendre ou se faire comprendre sur place ; ce qui est vraiment dommage ! Selon moi, il est important d’apprendre quelques mots de base et formules de politesse. Pour le reste, on apprend énormément sur place « dans le bain » avec les différentes rencontres et on improvise avec les mots que l’on connaît, les images, les gestes… cela fait partie du charme du voyage.

J’ai énormément voyagé, et pour tout vous dire, je ne parle aucune langue couramment. Même pas l’anglais ou l’espagnol, j’ai les bases, je me débrouille et j’improvise !

 J’ai une très belle histoire à vous raconter : Il m’est arrivée une superbe expérience de voyage qui prouve que la barrière de la langue est vraiment un mythe qu’il faut à tout prix oublier ….

Lors d’un voyage en Indonésie, nous recherchions un bateau pour relier les îles Komodo depuis Labuan Bajo ; mon rêve était de voir les dragons de Komodo en vrai. C’était il y a environ 10 ans et la ville de Labuan Bajo était encore un petit village de pêcheurs très peu développé et très peu touristique. On pouvait se rendre sur le port et discuter directement avec les bateliers. Et c’est ce qu’on a fait, nous étions un groupe de 4 et nous avons trouvé un petit bateau pour nous emmener 4 jours naviguer d’îles en îles entre Rinca, Komodo et les autres. 4 jours de rêve, entre des îles paradisiaques, des séances de baignade et de snorkeling et des randonnées sur les îles à la rencontre des mythiques varans de Komodo.

Mais la chose la plus extraordinaire de ce séjour, ce fut la rencontre avec Amine, notre batelier qui nous a accompagnés tout au long de la croisière. Et là, la barrière de langue était de taille… car Amine ne parlait ni français, ni anglais, ni même indonésien…en réalité, il ne parlait pas, Amine était sourd et muet ! Au départ, les aprioris et les fausses croyances nous ont envahis (mais comment va-t-on pouvoir échanger pendant 4 jours ???). Puis, au fur et à mesure et grâce à l’humanité incroyable de cet homme, nous avons pu communiquer avec lui en toute liberté.

 En réalité, Amine qui venait d’un milieu très pauvre, n’a jamais eu accès à la langue des signes telle qu’on la connaît et ce détail avait toute son importance. Car Amine a dû apprendre à communiquer et à se faire comprendre tout seul ; il a inventé son propre langage, fait de signes, de gestes , de mîmes et de grimaces… Et il était donc très facile de le comprendre ! Encore plus que s’il avait parlé anglais !!!! Nous sommes donc vite rentrés dans le jeu et avons tous adopté son langage, les conversations sont devenues simples et fluides ,sans aucune prise de tête . Le soir, après avoir dégusté la pêche du jour, il nous racontait sa vie, sa famille, l’Indonésie et les îles qu’il aimait tant ; il nous a énormément appris. Nous avons découvert un homme généreux , accueillant et incroyablement drôle et cultivé, qui communiquait son bonheur et sa joie de vivre ; on a ri tout au long du séjour ! Il était bien sûr impossible de prendre ses coordonnées pour garder contact avec lui , mais c’est ce qui rend la rencontre encore plus intense et belle je crois ….

Alors le conseil du jour : La barrière de la langue n’existe pas, abattez-là et partez échanger avec le monde entier ! Quand on voyage avec une réelle envie de rencontre et de découverte, cela vaut bien plus des mots….